Notre équipeContactBONUS





 

ACCUEILDernier numéroAnciens numérosActualitéForumLiensPartenaires

Interview de Yasoda Dulal Das
Propos recueillis par Philippe Pratx
pour La Nouvelle Revue de l'Inde et Indes réunionnaises

       Il y a peu de temps, en ce premier semestre 2012, la congrégation hindouiste Gaudiya-vaisnava inaugurait un temple à proximité de Rouen. L'événement n'est pas banal, et Indes réunionnaises a voulu en savoir davantage sur ce lieu particulier et sur ceux qui l'habitent. Yasoda Dulal Das, membre de l'ordre monastique, nous parle donc du temple, de la congrégation et de la philosophie des vaisnavas, fidèles du Seigneur Krishna.

  • IR/LNRI : Yashoda Dulal Das, pourriez-vous tout d'abord vous présenter à nos lecteurs ?

YDD : Je suis un membre de la Congrégation de l'ordre monastique vaisnava, un moine, appartenant donc à notre filiation spirituelle : la Brahma-Madhva-Gaudiya sampradaya, qui est une des quatre filiations authentiques des Védas et dont l'histoire remonte au début des temps. Cette filiation, comme les trois autres, a pour rôle de véhiculer au cours des temps la connaissance originelle des Védas de manière inchangée à travers une succession de maîtres à disciples.
   Né en France dans la région parisienne, j'ai découvert cette merveilleuse filiation spirituelle à la suite de nombreux voyages à travers le monde et une vaste recherche sur la spiritualité, les différentes religions et les civilisations antiques que j'ai entrepris lorsque j'étais jeune, en parallèle avec mes études d'archéologie à la Sorbonne à Paris.
   Cette longue quête, que je ne peux raconter ici, m'a conduit à aboutir à l'âge de vingt ans en Inde, où j'ai compris que ma vie faisait partie de cette tradition spirituelle dont la beauté à entièrement changé ma vie.

  • IR/LNRI : Votre congrégation vient d'inaugurer un temple tout près de Rouen. Ce type d'événement est exceptionnel en France : pouvez-vous nous dire comment s'est passée cette inauguration ?

YDD : Cette inauguration a été le résultat d'une longue période de travail qui a durée environs dix années. Elle a eu lieu avec la présence de Srila Bhakti Bibudha Bodhayan Swami, qui est un des représentants mondiaux de notre filiation spirituelle. L'inauguration d'un temple correspond au moment où sont installées les Déités. A partir de ce moment le temple devient véritablement un temple. Car un temple signifie un lieu où est présent le Seigneur Suprême, Vishnu, ou Rama, ou Krishna (qui ne sont que différents noms de la même personne) dans Sa forme de Déité. C'est Sa présence qui fait du lieu un temple. Par une cérémonie d’installation les prêtres vaisnavas appellent le Seigneur à venir dans la forme de la Déité (ce rituel est appelé prana-pratistha en sanskrit, ce qui signifie "invocation de la vie de la Déité") ; lorsque la Déité du Seigneur devient installée, elle devient considérée comme sa manifestation directe dans ce monde où nos sens matériels ne peuvent percevoir sa forme spirituelle faite d'éternité, de connaissance et de félicité. On trouve aussi très souvent des temples des demi-dieux comme Shiva, Ganesha, Durga, Kartikeya (Muruga), Surya, Hanuman : le processus est le même.

  • IR/LNRI : Par quelles étapes a-t-il fallu passer avant de pouvoir ouvrir ce temple ?

YDD : Lorsque nous sommes revenus de l'Inde et que nous avons fondé la congrégation de l'ordre monastique vaisnava, il a fallu tout d'abord se faire reconnaître légalement par le gouvernement français, ce qui a été une longue procédure qui a duré en tout sept ans. Pendant ce temps il a fallu trouver un endroit puis construire le temple. Nous avons acheté une vieille maison qui était abimée et nous avons tout reconstruit ; les travaux on duré eux six ans (depuis 2006), et ont été entièrement réalisés par les moines vivant ici, à part les parties techniques comme l’électricité et le chauffage qui demandaient à être réalisées par des entreprises pour répondre aux normes d'ERP (établissement recevant du public). Parallèlement il a fallu aussi se rendre régulièrement en Inde pour faire réaliser les Déités et les autels en bois sculpté et les envoyer en France. Cette inauguration est donc le fruit d'un vaste service accompli avec enthousiasme sur une longue période, mais nous avons fait tout cela avec une compréhension très profonde de la nature de ce qu'est un temple et chaque étape a ainsi été joyeuse et débordante d'un très profond enrichissement intérieur. Selon les Védas, tous les êtres ont pour véritable identité d'être des âmes spirituelles dont la nature est d'être des serviteurs éternels du Seigneur Suprême Krishna, et lorsqu'ils s'engagent dans Son service avec tout leur cœur, ils deviennent établis dans un bonheur spirituel sans limite. Ceci est l'étape spirituelle qui accompagne la réalisation externe d'un temple dans ce monde matériel.

  • IR/LNRI : L'implantation d'un temple hindou en Normandie a-t-elle été bien perçue par la population locale ?

YDD : Oui, très bien. Nous avons fondé une école de yoga où nous enseignons le Hatha-Yoga (les différentes postures et la respiration) pour maintenir financièrement la vie de la congrégation et du temple, et nous avons aujourd'hui une centaine d'élèves. La Mairie a accepté sans difficulté notre demande de permis de construire. Les voisins nous apprécient, des personnes passent très régulièrement pour visiter les lieux et découvrir par curiosité. Les  Védas nous enseignent que tous les êtres sont éternellement libres et qu'il ne faut forcer personne. Une personne va vers ce qu'elle ressent intérieurement. Notre but est juste de partager la merveilleuse connaissance que nous avons reçue et de permettre à ceux qui le souhaitent de découvrir cette voie spirituelle fondée sur l'harmonie, la non-violence, l'amour pur, et la paix véritable. Si vous ne forcez personne et que vous êtes simplement là pour aider les gens sans rien attendre d'eux, les gens vous acceptent de façon naturelle. Ceci nécessite de pouvoir aimer tout les êtres.

  • IR/LNRI : Sur un plan architectural, matériel et pratique, comment le temple est-il conçu ?

YDD : Il y a à l'extérieur deux bassins sacrés (ou khunda en sanskrit) avec plein de merveilleux poissons, et sur lesquels sont accomplies différents cérémonies à des Déités particulières. Au milieu du petit bassin situé près de l'entrée, il y a un petit temple de Shiva, car Shiva est le gardien des lieux sacrés. Le temple, lui, est divisé en deux salles. La salle de temple principale dans laquelle se trouvent les Déités du Seigneur Krishna et de Ses associés spirituels éternels qui sont des manifestations de Son énergie spirituelle. On y trouve aussi une Déité du Seigneur Narasimha, un des dix avatars les plus célèbres qui sont différentes formes spirituelles sous lesquelles le Seigneur apparaît en ce monde au cours des âges.
   Une seconde salle abrite un autel sur lequel sont représentés tous les membres de notre filiation spirituelle qui se sont succédé à travers les siècles, ainsi qu'un petit autel sur lequel se trouve la plante sacrée de Tulasi et un autre petit autel avec une pierre de la colline sacrée de Govardhana en Inde.
   Nous avons aussi une petite dépendance au fond du jardin dans laquelle nous avons réalisé des chambres d'accueil pour des personnes qui viennent faire des retraites et une petite boutique. Les moines vivent dans l'ashram qui se trouve dans la grande maison mais cette partie n'est accessible qu’aux moines.

  • IR/LNRI : Comment se déroule la vie quotidienne au temple ?

YDD : La vie quotidienne d'un temple est centrée sur la présence du Seigneur en Sa forme de Déité au sein du temple. Toute la vie du temple tourne autour du service offert au Seigneur en sa forme de Déité. Les Déités sont réveillées le matin de très bonne heure et la journée commence par des chants. La musique est omniprésente dans un temple vaisnava car les Védas révèlent que le processus le plus puissant de réalisation spirituelle est le chant des Noms divins du Seigneur. Des moines adorent les Déités chaque matin, d'autres cuisinent pour Krishna et la nourriture Lui est ainsi ensuite offerte. Chaque acte est un acte de dévotion. Ensuite il y a une étude des textes sacrés chaque matin, puis les membres prennent leur repas ensemble. Nous avons un merveilleux cuisinier ! Pendant la journée nous traduisons des textes védiques en français pour donner l'accès aux gens à cette merveilleuse connaissance ; nous donnons des conférences et faisons des concerts de musique indienne dans d'autres villes, nous accueillons les visiteurs... Un des points fondamentaux de notre filiation spirituelle est le partage de la connaissance des Védas. Celui qui reçoit un trésor d'une valeur inestimable et qui rend sa vie merveilleuse aura naturellement le désir de le partager avec le plus de monde possible. Ceci est une démarche du cœur très profonde et extrêmement joyeuse et source d'un très grand amour. Parce que le Seigneur aime tous les êtres, ceux qui Le servent et vivent à Son contact développent eux aussi cette qualité d'aimer tous les êtres et de chercher à les aider. Mais il ne faut jamais forcer personne, car l'amour doit impérativement être fondé sur la liberté et la spontanéité sinon il ne peut pas exister.

  • IR/LNRI : Le temple est donc ouvert aux visiteurs non hindous : que leur proposez-vous et quel est l'objectif de cette ouverture sur l'extérieur ?

YDD : Dans le véritable sens des Védas, tous les êtres ont la même valeur et la même nature éternelle et donc les mêmes droits. Ils doivent être vu tous de la même manière. Être hindou ou musulman, ou chrétien, ou juif ne sont que des conceptions corporelles externes. Nous sommes tous en réalité d'une même nature spirituelle. Nous proposons à tous la même chose, de découvrir la merveilleuse connaissance des Védas et l'amour et l'harmonie qu'elle offre aux êtres de pouvoir vivre.

  • IR/LNRI : Ne craignez-vous pas que l'on vous soupçonne de prosélytisme ou que l'on vous affuble de l'étiquette "secte" ?

YDD : Non, car notre congrégation est légalement reconnue par le gouvernement français, par décret du premier ministre, en date du 10 septembre 2007. Le gouvernement n'accorde pas cette reconnaissance à n'importe qui, il fait de longues enquêtes auparavant. Les renseignements généraux sont venus nous voir et nous questionner plusieurs fois pour connaître notre tradition. Ils ont visité le temple. Le ministère a fait des enquêtes en Inde auprès des temples dans lesquels nous avons appris notre tradition spirituelle. Et ils nous ont reconnus. Cela veut dire que pour l'Etat français il est évident que nous ne sommes pas une secte mais une branche d’une religion authentique et comme ils me l'on dit eux-mêmes : "Nous savons que votre religion est vieille comme le monde". Nous avons aujourd'hui exactement le même statut que toutes les congrégations religieuses chrétiennes et bouddhistes de France. Donc nous ne craignons pas cela.
   Nous ne faisons pas de prosélytisme dans le sens littéral du terme qui signifie "essayer de récolter des adhérents" et dénote donc une attitude sectaire. Nous cherchons à donner et à offrir aux gens la possibilité de découvrir une connaissance spirituelle millénaire, sans forcer qui que ce soit. Si quelqu'un doit être intéressé, cela ne peut venir que de lui. Notre présentation n'est pas intéressée, elle est désintéressée. Et nous respectons toujours la liberté de chacun, ses opinions, sa personnalité...

  • IR/LNRI : Ainsi, l'Ordre Monastique Vaisnava est la seule congrégation religieuse hindouiste légalement reconnue par le gouvernement français : qu'est-ce que cela signifie et en quoi est-ce important ?

YDD : La reconnaissance légale signifie que le gouvernement reconnaît légalement que vous n'êtes pas une secte, que vos statuts sont conformes à la loi française, que le fonctionnement de la congrégation est conforme à la loi et que la congrégation est reliée à une institution religieuse authentique et existant depuis longtemps. Un dossier complet passe devant le Conseil d'Etat qui doit donner un avis favorable et le premier ministre signe le décret. C'est la seule forme de reconnaissance émise par le gouvernement au sujet d'institutions religieuses en France.
   C'est reconnaissance est importante car sans elle personne ne peut savoir si vous êtes une secte ou pas. Une congrégation ne peut être légalement reconnue que si le gouvernement reconnaît officiellement que cette congrégation ne comporte aucun caractère sectaire.
   Toutes les congrégations catholiques ont cette reconnaissance, les congrégations bouddhistes aussi. C'est un statut commun.

  • IR/LNRI : Spirituellement, quelles sont les grandes lignes de la philosophie de votre congrégation et quels sont ses maîtres ?

YDD : Les grandes lignes de la philosophie de notre congrégation sont vastes et il serait difficile de les résumer en quelques lignes. Notre philosophie est la science spirituelle révélée dans les Védas dans son sens premier et originel, c'est à dire sans interprétation. Certains des points essentiels sont que les Védas sont des écrits révélés par le Seigneur en vue de présenter aux âmes de ce monde la connaissance spirituelle éternelle. Le premier point que les Védas révèlent est que la Vérité Absolue est, dans Son aspect le plus complet, une Personne de laquelle émane tout ce qui est. Cet Être originel possède des Noms infinis (dont les plus connus sont Krishna, Vishnu ou Rama). Il est infini et possède toutes les énergies spirituelles, en d'autre mots, Il est tout puissant. Bien qu'Il soit éternellement omniprésent et omniscient, Il existe aussi simultanément en tant qu'une Personne transcendantale, dotée d'une forme spirituelle éternelle faite de connaissance et de félicité, et de lui émanent tous les mondes et tous les êtres vivants.
   Cet être originel est un océan de sentiments spirituels complètement purs et débordant d'une félicité infinie.
   Tous les êtres vivants sont des âmes spirituelles qui émanent de la radiance spirituelle du corps de Krishna.
   Certaines de ces âmes spirituelles vivent éternellement dans Son royaume spirituel, situé au-delà des univers matériels, elles sont des âmes libérées.
   D'autres âmes choisissent de se détourner du Seigneur et viennent vivre dans ce monde matériel où nous vivons, et dans lequel elles doivent prendre naissance au sein de différents corps matériels.
   Tout ce qui existe ainsi que tous les êtres sont à la fois identiques au Seigneur, car émanant de Lui, (c'est à dire étant une manifestation de Ses innombrables énergies) et à la fois éternellement différents de Lui, car éternellement distincts.

   Les Védas expliquent que le moyen d'atteindre la perfection est la dévotion pure pour le Seigneur Suprême (dont la pratique fondamentale est le chant des Noms Divins de Dieu) et que le but ultime de la vie est d'atteindre l'amour pur de Dieu et de retrouver la relation d'amour pur qui nous unit chacun à Lui.
   Ce ne sont là que de très grandes lignes qui se développent en une vaste connaissance très profonde et merveilleuse basée sur l'amour de tous les êtres, la non-violence envers tous les êtres et l'harmonie absolue de toutes choses.
   Les maîtres principaux de notre filiation spirituelle sont Brahma, Narada, Vyasadeva (qui compila les Védas par écrit), puis Madhvacarya. Plus récemment vinrent Sri Caitanya puis Ses disciples les Goswamis de Vrindavan, et à notre siècle Srila Bhaktivinoda Thakura puis Srila Bhaktisiddhanta Sarasvati. Notre congrégation est née dans la succession de ce dernier, Srila Bhaktisiddhanta Sarsvati, dont les disciples et successeurs sont nos maîtres personnels.


Srila Bhakti Promode Puri Goswami

  • IR/LNRI : Quelle est l'importance de l'Ordre Vaisnava à échelle mondiale ?

YDD : Notre congrégation n'existe juridiquement que sur le territoire français, mais elle fait partie d'une branche de la filiation spirituelle de la Brahma-Madhva-Gaudiya Sampradaya, dont différentes branches sont de nos jours présentes dans la majorité des pays du globe. Notre congrégation est plus particulièrement connectée à l'institution de la Gopinatha Gaudiya Matha fondée par Srila Bhakti Promode Puri Goswami (disciple de Srila Bhaktisiddhanta Sarsvati) et dont le représentant actuel Srila Bhakti Bibudha Bodhayan Goswami est notre guide et gardien. Cette institution possède un site internet sur lequel il est possible de connaître davantage de détails. (gopinathmath).

  • IR/LNRI : On sait que l'hindouisme est une religion riche de sa diversité : quelles relations votre congrégation entretient-elle avec les autres courants hindous présents en France et avec les autres temples ?

YDD : Une bonne relation. Notre principe de base est de n'avoir aucun ennemi et de comprendre que tous les êtres ont la même nature et sont tous frères.

  • IR/LNRI : Quels doivent être les moments forts de la vie du temple dans les prochains mois et éventuellement dans un avenir plus lointain ?

YDD : Nous célébrons de nombreuses différentes fêtes spirituelles au cours de chaque mois de l'année selon le calendrier lunaire. Environ deux majeures par mois. Ceci fait que les moments forts sont très nombreux. Et des moines vaisnavas viennent aussi régulièrement d'Inde pour passer ici quelques jours, au cours de leurs tournées.
   La prochaine venue est celle de notre maître Srila Bhakti Bibudha Bodhayan Goswami dont je viens de vous parler, à l'occasion de son tour du monde annuel. Il est un des représentants actuels les plus importants de toute notre filiation spirituelle et sa venue est prévue à Rouen du 5 au 8 juillet, où il donnera chaque jour des enseignements matin et soir et recevra tous ceux qui souhaiteraient le rencontrer.

© La Revue de l'Inde et Indes réunionnaises 2012

 


Le site de La Nouvelle Revue de l'Inde est une création Scarabée