Notre équipeContactBONUS





 

ACCUEILDernier numéroAnciens numérosActualitéForumLiensPartenaires

Interview de Pankaj Sharma
Propos recueillis par Philippe Pratx
pour La Nouvelle Revue de l'Inde et Indes réunionnaises

     Après une première rencontre qui, en 2009, nous avait permis de découvrir notamment les talents de Pankaj Sharma dans le domaine de la gastronomie indienne végétarienne, nous la retrouvons avec plaisir peu après la publication de son livre, Les Saveurs de l'Inde sacrée, où les recettes côtoient des textes éclairants sur la culture indienne...

  • IR/LNRI : Pankaj Sharma, nous vous avions rencontrée il y a déjà quelques années pour parler notamment de votre blog. Celui-ci connaît un grand succès ; comment a-t-il évolué ?

PS : Mon blog de cuisine a continué de se remplir de vidéos de cuisine indienne ou végétarienne (près d’une centaine maintenant) et d’articles sur les produits indiens jusqu’à l’année dernière où j’ai à la fois ouvert ma boutique en ligne et commencé la rédaction du livre. J’avais donc mis en stand by l’alimentation du blog en billets, mais je vais bientôt m’y remettre, car cela me manque.

  • IR/LNRI : Vous avez donc, depuis lors, mis en ligne également une boutique indienne : quels produits proposez-vous précisément ?

PS : Dans ma boutique en ligne, je propose les produits alimentaires et les épices qui sont utilisés dans la cuisine indienne, mais également des ustensiles de cuisine typiquement indiens. Au fur et à mesure j’ai également étendu la liste des articles à la décoration de la maison, les encens, les cosmétiques, les vêtements, les sacs et les bijoux indiens. En fait, mon plaisir est une fois encore de partager ma culture en proposant des objets principalement artisanaux qui me plaisent et que je trouve sympa de faire découvrir ici.

  • IR/LNRI : Parmi les projets dont vous nous parliez lors de notre précédente rencontre, vous venez d'en réaliser un d'important en publiant un livre : Les Saveurs de l'Inde sacrée. Cette réalisation s'est-elle faite dans l'enthousiasme et la facilité ?

PS : L’enthousiasme était bien présent tout au long de ce travail, qui m’a bien pris toute une année. La facilité n’était pas toujours au rendez-vous, car je m’étais lancé le défi non seulement d’écrire les recettes mais également de prendre les photos des plats et de proposer des histoires autour de l’Inde et du végétarisme.

  • IR/LNRI : Comment s'est faite la sélection des soixante recettes végétariennes que vous avez retenues pour l'ouvrage ?

PS : Pour cet ouvrage j’ai choisi des recettes qui soient très typiques de mon pays et quotidiennes, tout en gardant à l’esprit qu’il fallait qu’elles restent abordables au niveau de la technique et des ingrédients à trouver en France. Je voulais également proposer des recettes qui soient utilisables comme entrées, plats, desserts, pains ou sauces, pour montrer la diversité de la cuisine indienne.

  • IR/LNRI : N'avez-vous pas eu la tentation de proposer également des recettes non-végétariennes ?

PS : Absolument pas. Etant moi-même végétarienne depuis plusieurs générations, je n’ai ni la volonté, ni d’ailleurs l’aptitude pour proposer des recettes de viandes ou de poissons. La question ne s’est même pas posée.

  • IR/LNRI : Outre les recettes "simples et gourmandes", votre livre donne à lire notamment divers textes sous le titre commun de "L’Inde de Pankaj" : pouvez-vous nous dire quel est l'objectif de ces textes ?

PS : Ces textes sont là pour « illustrer » le livre. Je propose ces petites histoires sur la culture indienne, la religion, le végétarisme et ces anecdotes plus personnelles pour essayer de plonger le lecteur dans mon univers, pour toucher son imagination et faire voyager son esprit alors qu’il ou elle est en train de préparer un plat indien.

  • IR/LNRI : Dans vos premières pages, vous écrivez que, depuis que vous séjournez en France, votre palette de recettes végétariennes s'est élargie, et vous avez cette jolie formule : "je parle français avec un accent indien et je cuisine indien avec un accent français" ; comment se traduit cet accent français et cet élargissement de la palette de vos recettes ?

PS : Comme je vis maintenant en France, j’utilise les produits locaux, notamment les légumes et les fruits, que je trouve ici. J’adapte les recettes indiennes traditionnelles avec ces nouveaux ingrédients. J’apprécie aussi la cuisine française et je m’y suis mise en préparant des recettes comme les gratins, les tartes, ou les salades, par exemple, en les adaptant pour qu’elles soient végétariennes et restent gourmandes.

  •  IR/LNRI : Comme le titre du livre le souligne, vous établissez un lien entre cuisine et sacré : en quoi ce lien consiste-t-il ?

PS : En Inde, les différents « domaines » ne sont pas cloisonnés et tout est lié : la religion ou la culture côtoie la science, la politique, l’éducation, etc. et il n’est pas rare de constater que la modernité et la tradition ne s’opposent pas forcément. Concernant la cuisine et le sacré, l’exemple le plus parlant, comme je le mentionne dans le livre, est la présence d’une cuisine dans chaque temple hindou et d’un petit temple dans chaque cuisine dans les familles hindouistes. Je constate aussi que la nourriture est hautement symbolique et est très utilisée dans nos rituels.

  • IR/LNRI : Vous avez vous-même réalisé les photographies - fort réussies - qui illustrent le livre : dans quel esprit avez-vous conçu ce travail photographique ? Purement illustratif, ou plutôt incitatif... ?

PS : Dès le début du projet j’ai eu le souhait de faire moi-même les photos des plats : j’avais l’idée que cela serait plus cohérent, et qu’effectivement elles ne seraient pas seulement illustratives, mais qu’elles donneraient vraiment envie de préparer les plats. J’avais vraiment envie de faire passer quelque chose dans ces photos : mon regard sur la cuisine de mon pays depuis un autre pays.

  • IR/LNRI : La vie culturelle indienne à Toulouse, où vous résidez, semble devenir de jour en jour plus active : quel regard portez-vous sur ce phénomène ?

PS : Je trouve très bien que cette culture soit sortie de l’Inde et maintenant sorte de Paris et commence à s’exprimer en province, comme à Toulouse par exemple.

  • IR/LNRI : Parmi vos autres projets - musicaux, cinématographiques... - certains sont-ils en voie d'aboutissement ?

PS : Je suis en train de monter un projet de théâtre autour de petites scènes de la vie quotidienne indienne qui se jouera en octobre prochain. Cette année, je vais également retourner à mon activité de comédienne dans un domaine spécifique du théâtre, dans le social : le théâtre-forum.

  • IR/LNRI : Et nous préparez-vous de nouvelles surprises savoureuses dans le domaine culinaire ?

PS : Je réfléchis déjà à un nouvel ouvrage sur la cuisine indienne végétarienne qui serait associée à des problématiques actuelles comme le bien manger, l’équilibre alimentaire, le végétalisme et les aliments sans gluten.

Haut de page


© La Revue de l'Inde et Indes réunionnaises - 2012

 


Le site de La Nouvelle Revue de l'Inde est une création Scarabée