Notre équipeContactBONUS





 

ACCUEILDernier numéroAnciens numérosActualitéForumLiensPartenaires

Pourquoi les Français devraient investir en Inde

Par François Gautier
(auteur de Quand l’ Inde s’éveille, la France est endormie - Editions du Rocher, 2013)

     L'économie de l'Inde est la 4ª du monde en termes de PPA (Parité de pouvoir d'achat). L’Inde est l'un des destins plus attrayants pour investir et faire des affaires dû surtout à sa main d'œuvre qualifiée, à ses ressources naturelles, leur marché interne et sa forteresse économique. L'économie indienne a éprouvé d'importants changements depuis l'introduction des réformes économiques en 1991. Ces réformes se sont basées en 3 aspects : libéralisation, privatisation et globalisation. La scène actuelle de l'économie indienne est caractérisée par une croissance consolidée et avec des variables macro-économiques très consolidées. La croissance du PIB a été de 9.2%. en 2011. Il est vrai qu’elle a considérablement baissé depuis deux ans sous la tutelle du gouvernement du Congrès, dont les subventions massives et la corruption effrénée sont maintenant bien connues. Mais maintenant que la gouvernement pro-business de M. Narendra Modi est en place, on s’attend à une importante libéralisation économique et déjà la bourse indienne a remonté.

D’après l’EENI (The Global Business School), plus de 380 millions d'Indiens (72 millions de maisons) ont une recette annuelle de plus de 10.000 dollars (en termes de PPA). On estime qu'en 2012 ce seront 550 millions de personnes. Les réformes économiques depuis le début des années quatre-vingt-dix ont favorisé un nouvel esprit patronal et le développement d'une économie dynamique soutenue par l'augmentation des recettes par habitant. L'augmentation de ces jeunes Indiens consommateurs urbains a été une caractéristique de l'Inde et d'une des raisons de la transformation de l'économie pendant la dernière décennie. Situés entre les 20 et 30 années, ces jeunes consommateurs n'ont pas de doutes en payant des prix élevés pour acquérir des marques globales ; et ont l'habitude d'achetés à crédit, des maisons et voitures, quelque chose que leurs pères ne rêveraient jamais faire dans leur jeunesse. La maison est un investissement pour eux et la voiture une nécessité.

L'Inde évalue les Accords Commerciaux Régionaux (FTA's) comme « blocs de construction » vers l'objectif général de la libéralisation du commerce. Par conséquent, l'Inde prend parti d’une série d'accords, qu’incluent des accords de libre commerce (TLC's) ; Accords de Commerce Préférentiel (PTA) ; Accords de Coopération Économique (CECA), etc. Ces accords sont effectués tant bilatéral comme régionalement. Le secteur industriel consiste principalement en ingénierie, acier, des véhicules à moteur, biotechnologie, médicaments et produits pharmaceutiques, traitement d'aliments, mines et minéraux, engrais, etc. L'Inde offre d'immenses possibilités pour le développement des infrastructures.

L'Inde a établi une forte et diversifiée base industrielle pour la production d'une vaste variété produits base et biens de capital pour satisfaire les nécessités de divers secteurs, entre eux l'industrie électrique, la génération d'énergie et la transmission, équipements de processus, automobiles, bateaux, avions, l'industrie minière, produits chimiques, pétrole etc. Le secteur industriel a enregistré une croissance remarquable du 10.3%. 

L'industrie des véhicules à moteur, est une des plus importantes en Inde. L'Inde est le second producteur du monde de véhicules à deux roues, le cinquième plus grand fabricant de véhicules commerciaux, ainsi que le plus grand fabricant de tracteurs. C'est le quatrième plus grand marché d'automobiles de tourisme en Asie, ainsi comme siège du plus grand fabricant de motocyclettes. La croissance de la classe moyenne indienne, l'augmentation du pouvoir d'achat, avec l'économie locale solide ont attiré aux principaux fabricants d'automobiles au marché indien.

La biotechnologie est un des secteurs de croissance la plus rapide ; aussi elle a eu un impact notamment dans l'agriculture, la santé, la transformation industrielle et l'aptitude à soutenir des opérations prolongées environnementale. Les produits biotechnologiques Indiens ont été placés avec succès sur les marchés globaux. Il y a une importante offre produits thérapeutiques et vaccins.

L'industrie pharmaceutique c'est l'autre secteur qui a montré d'importants progrès durant les dernières années. Est une des plus grandes et plus avancée dans le monde. Ce secteur offre d'innombrables opportunités d'affaires pour les investisseurs et les entreprises de tout le monde. L'Inde a été reconnue comme un des principaux acteurs mondiaux dans des produits pharmaceutiques.

L’Inde est aujourd’hui la quatrième puissance agricole mondiale : volumes et rendements ont beaucoup augmenté depuis la « révolution verte » ; ses productions de riz, de blé, de jute, de thé ou de lait viennent aux tout premiers rangs et sa balance agro-alimentaire est excédentaire. Ce bilan tient à l’étendue de sa surface agricole utile, aux aptitudes naturelles et à l’intense mise en valeur des terroirs par une paysannerie innombrable – dans le monde, un paysan sur cinq est indien. L’agriculture garde une place considérable dans le pays : ses revenus déterminent le pouvoir d’achat de près de 60 % des ménages – en dépendent aussi, en effet, les industries et services tributaires du travail de la terre, en amont comme en aval. La mousson, ce « second ministre des Finances » qui commande le niveau des récoltes, donne encore le tempo de l’économie et de la vie politique : qu’elle soit tardive ou insuffisante, et la croissance fléchit, des réformes s’imposent. Dans l'industrie du traitement d'aliments, l'Inde est une des plus grands du monde en termes de production, consommation, d'exportations et de perspectives de croissance.

Le réseau de télécommunications en Inde est la troisième la plus grande que le monde et la seconde la plus grande entre les économies émergentes de l'Asie. Il est, en outre, un des marchés de télécommunications de croissance plus rapide dans le monde. L'industrie indienne de télécommunications fabrique une gamme complète d'équipements de télécommunications en utilisant les techniques les plus avancées avec des technologies conçues spécifiquement pour satisfaire les diverses conditions climatiques.

L'industrie indienne du ciment est très intensive en énergie ; c'est la troisième plus grande consommatrice de charbon dans le pays. Elle est relativement moderne et elle se trouve entre les meilleures du monde. L'Inde est le deuxième producteur plus grand de ciment du monde, d’après les chiffres de Banque Asiatique de Développement.

En Inde, le secteur des services, dans son ensemble, a contribué en 68.6 pour cent à la moyenne globale de croissance du PIB entre les années. Le software indien et les services mis en rapport avec les technologies de l'information grandissent spectaculairement en Inde, en avançant dans la chaîne de valeur. Le segment de Business Process Outsourcing (BPO), s'est transformé un des moteurs fondamentaux de la croissance de l'Inde et de l'industrie de services de software. Deux millions d’actifs travaillent dans les services informatiques. Les uns effectuent des tâches banales pour le compte de sociétés étrangères : des banques, des compagnies aériennes, des sociétés d’assurances externalisent vers l’Inde la saisie de données. D’autres effectuent des opérations plus complexes : les géants de l’informatique mondiale, les grandes sociétés de service informatique (SSII) s’implantent à Hyderabad , Pune et surtout Bangalore ,qui concentre le tiers de ces activités. Par ailleurs, les groupes indiens – Wipro , Infosys, Tata Consultancy Services … – travaillent désormais pour leur propre compte sur la conception et le développement de logiciels et réalisent eux-mêmes à l’étranger une part élevée de leur chiffre d’affaires. Ces activités valorisent l’avantage comparatif qui singularise l’Inde.

Il faut que nous regardions à long terme vers l’Inde et que nous ayons la patience d’y investir et d’en attendre des bénéfices plus lents, mais plus sûrs qu’en Chine, qui tôt ou tard devra faire face à de problèmes sociaux et ethniques énormes, lorsque le couvercle autocratique sautera pour une raison ou une autre. Les Français ont le défaut de vouloir toujours tout trop vite. Combien de politiques ou d’hommes d’affaires n’avons-nous pas vu passer en Inde, qui en deux ou trois jours, pensent avoir tout compris. N’est ce pas DSK ? Or, l’Inde est un pays extrêmement complexe, divers, déroutant, paradoxal quelquefois. Cependant, contrairement aux Chinois, les Indiens sont favorables à l’Occident, et nous n’aurons jamais à craindre une hostilité cachée ou une agressivité soudaine. Ensuite, toutes les tares de l’Inde, tous ces séparatismes, ses fautes ont éclaté au grand jour depuis bien longtemps, et le gouvernement, ainsi que le peuple indiens possèdent en eux-mêmes l’aspiration et la volonté nécessaire pour y remédier, comme le dégout des indiens récents envers le fléau de la corruption l’a prouvé. Nous avons déjà dit que l’Inde est une démocratie libérale, mais nous le répèterons tout de même. Il est possible en Inde de protéger le copyright de ses produits, ou même d’aller en justice pour trouver recours. La vitesse de l’économie indienne est impressionnante : au cours de ces prochaines années, la croissance du PNB devrait vraisemblablement dépasser celui de la Chine, un croisement rarement vu au cours de ces 20 dernières années. Et l'Inde est en train de réaliser ce développement en dépit de ses infrastructures et non à cause d’elles.

Il y a eu cependant un changement de gouvernement au mois de mail 2014 : le Congrès, au pouvoir depuis dix ans a perdu les élections législatives, à la suite  d’énormes scandales de corruption, de la chute de la roupie et de la croissance freinée par les grandes subventions socialistes. Narendra Modi, leader de la droite hindoue, a pris le pouvoir et on s’attend à une importante libéralisation économique, qui va relancer la croissance et attirer à nouveau les investissements étrangers. De plus, ce gouvernement plus nationaliste va sûrement tenir tête à la Chine et  forger des alliances avec les Etats Unis et l’Union Européenne, ce qui renforcera sa positions comme alternative économique et politique en Asie du Sud, face à l’hégémonie chinoise.

© La Nouvelle Revue de l'Inde, 2014

 


Le site de La Nouvelle Revue de l'Inde est une création Scarabée